Jeudi 5 septembre à 21h ( Payant – Salle Henry Gros) C’est avec un duo de feu que la 10ème édition du Caval’Air Jazz Festival débutera.

 

La jeune pianiste et chanteuse new-yorkaise Champian Fulton et le légendaire saxophoniste américain Scott Hamilton ont eu l’excellente idée d’enregistrer un album ensemble en 2017.

Champian Fulton a reçu le prix « Voix féminine de l’année » à la Hot House Jazz Magazine Award Ceremony 2017.

Scott Hamilton fait partie des saxophonistes ténors légendaires et s’inscrit dans la lignée des maîtres comme Coleman Hawkins, Ben Webster, Lester Young…

 

Ce sont deux générations qui se rencontrent avec la même vision du jazz comme un art de la scène,

faisant de chaque concert un moment chaleureux, énergétique et plein d’empathie.

 

 

Le 6 septembre à 21h. L’association Cavalaire Jazz a invité Madame Barbara Hendricks.

C’est un honneur que de recevoir à Cavalaire sur Mer cette immense artiste.

 

 

Au répertoire classique, Barbara Hendricks a ajouté celui du jazz et ce soir celui du blues.

Blues Everywhere I Go vous fera voyager à travers les plantations de coton du delta du Mississippi et vous fera découvrir la diversité des thèmes portés par le blues :

d’une expression poignante de la détresse humaine avec des chansons comme Dinks Blues ou le Cross Road Blues de Robert Johnson, jusqu’à l’aspect politique du blues – et son lien important avec la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis menée par Martin Luther King – avec Strange Fruit, Down In Mississippi et I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free de Nina Simone.

Dans le blues, la voix de Barbara Hendricks est comme du bon vin : elle mûrit et s’enrichit de magnifiques couleurs.

Accompagnée des musiciens et complices avec qui elle tourne depuis des années, la saveur de sa voix, la variété de ses timbres rendent ce répertoire fascinant et envoûtant.

 

 

Le samedi 7 septembre à 21h (Payant – Salle Henry Gros), L’association vous convie à un hommage à Erroll Garner

Pourquoi aller chercher à l’étranger un pianiste alors que le monde entier du Jazz nous l’envie et nous jalouse ?

C’est de Pierre Christophe dont je vous parle, qui mène en parallèle des études de piano jazz et des études classiques au conservatoire de Marseille dans la classe de Guy Longnon, où il obtient une médaille d’or en 1991

Pierre Christophe est lauréat du concours international Jazz à Juan Révélations 2005 dans la catégorie piano et du prix Django-Reinhardt en 2007 et le prix du Hot Club de France en 2018.

 

« Comment ce diable de Pierre Christophe parvient-il à entrer dans l’esprit musical d’ Erroll Garner ?

 Je l’ignore, mais il y parvient. Sa musicalité, son inventivité sont en permanence sur la brèche et jamais l’intérêt ne faiblit. »

Bulletin du Hot Club de France, avril 2017

« Erroll Garner était l’un des plus grands improvisateurs du jazz et un magicien du piano ».

Tels sont les mots de Pierre Christophe pour qualifier l’un de ses héros musicaux.

En revisitant ses standards comme « Misty » ou son mythique Concert By The Sea, il lui rend hommage ce soir Salle Henry Gros en compagnie de Raphael Dever à la contrebasse,

Stan Laferriere à la batterie et Laurent Bataille aux congas.

Un concert à ne pas manquer à partir de 21h…

Erroll Garner était un pianiste autodidacte qui prétendait n’avoir jamais appris à lire les partitions.

Il mémorisait tout ce qu’il composait et jouait à l’oreille, comme nombre des artistes de cette période.

Son oreille, sa technique et sa dextérité lui permirent de faire une carrière internationale.

Il est fameux pour son swing très personnel, mais le morceau lui ayant valu le statut de star du jazz est Misty, composé en 1954 et devenu un grand standard repris par des centaines d’interprètes dans le monde.

 

 

 

Le 8 septembre à 16h (Payant – Salle Henry Gros), L’association vous propose un sextet à Cappella, Opus Jam.

 

 

L’un de nos plus illustres jazzmen, Monsieur Didier Lockwood recommande le groupe à de nombreux festivals de Jazz en écrivant :

« La puissance et la chaleur des voix ainsi que la musicalité que j’ai pu entendre à travers les arrangements très pointus et parfaitement exécutés sur scène font d’ Opus Jam à mes yeux

la meilleure formation à Cappella en France.

Très belle découverte ! Vous allez sans doute entendre parler d’eux »

Alors ne ratez pas cette chance de venir découvrir cette harmonie vocale.

 

 

Le 8 septembre à 19h (Payant – Salle Henry Gros), nous vous proposons de découvrir 3 jeunes et doués pianistes de Boogie-Woogie

à qui nous avons fait appel pour clôturer en beauté cette 10ème édition du Caval’Air Jazz Festival.

Comme l’a si bien écrit Pierre Corneille, « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. » Il ne se trompait pas !!!

 

Vous pourrez découvrir Vanessa Gnaegi ou Ladyva, pianiste suissesse qui a reçu à Londres, le 13 septembre 2017, le prix du « meilleur Pianiste 2017 de Boogie-Woogie.

 

 

Elle sera rejointe par Luca Sestak jeune prodige allemand de 23 ans.

 

 

En 2011 il participe au plus grand festival de Boogie-Woogie du monde à Laroquebrou, en France.

 

 

Le troisième pianiste sera Nirek Mokar, le benjamin des trois pianistes.

 

Nirek Mokar, un « minot » d’à peine 17 ans sera accompagné par Simon Boyer à la batterie au rythme puissant et régulier qui anime le Boogie-Woogie

et Claude Braud, un maître du saxophone ténor au swing étincelant et à l’énergie débordante.

 

Tous deux auront pour rôle de faire swinguer les pianistes, tout en nous gratifiant de magnifiques solos dont ils ont le secret.

 

Print Friendly, PDF & Email